Newsletter du 28 Août 2014

jeudi 28 août 2014
par  paslaniici
popularité : 15%


Jeudi 28 août 2014 - Numéro 172
Si cet email ne s’affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page

  • Editorial : Vous reprendrez bien un peu de dividendes ?
  • Digitalisé-es dans l’oeil ( encore ? )
  • Calculer le travail, c’est trop dur !
  • Elections à Numéricable
  • Coup de gueule au Free Center de Paris
  • Université d’été européenne des mouvements sociaux ATTAC
  • Adoption de la loi "égalité réelle entre les femmes et les hommes"
  • Nos droits : Inégalité de traitement et de salaire

Votre mobile

En complément du site web fédéral et d’intranet, la fédération propose des informations plus courtes plus locales, accessibles depuis votre mobile.
Pour plus d’infos et comment télécharger les applications :

SUD sur votre mobile

Inscrire un-e ami-e


Vous pouvez aussi inscrire à cette lettre électronique de SUD un-e ami-e en cliquant ici !

Voir les lettres précédentes


Toutes les lettres sont disponibles sur le site public de SUD en cliquant ici !


Editorial : Vous reprendrez bien un peu de dividendes ?

A l’heure où notre pays et sa population s’enfoncent chaque jour un peu plus dans le cycle infernal de l’austérité et des injustices fiscales et sociales, les choix du Président et de son Premier Ministre qui font la part belle aux capitalistes et qui pénalisent les femmes et les hommes, salarié-es, chômeur (eues) et précaires sont malheureusement toujours à l’ordre du jour !

Preuve en est, la palme mondiale venant d’être décernée aux entreprises françaises en matière de rémunération des actionnaires. En effet, les dividendes versés aux actionnaires des grands groupes français ont augmenté de 30,3% au second trimestre 2014 !
La crise ? Vraiment ? En tout cas pas pour les actionnaires…

Cette envolée des dividendes intervient au moment même où les entreprises françaises bénéficient de la première tranche du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), pour un montant de 7 milliards d’euros. Un dispositif gouvernemental, financé en partie par la hausse de la TVA sur les ménages, censé inciter les entreprises, entre autres, à embaucher... et non pas à gratifier les actionnaires.

On comprend de mieux en mieux la standing ovation du MEDEF au premier ministre cette semaine !
Dans ce contexte, que penser de la décision de la direction d’Orange de consacrer l’intégralité du montant de son CICE au titre de l’année 2013 ( 74 millions d’euros ) à l’investissement …. et pas un centime pour l’emploi !


Voir le communiqué Solidaires sur "Valls au Medef"


Voir le communiqué Solidaires sur "les actionnaires se goinfrent"


Digitalisé-es dans l’oeil ( encore ? )

La direction d’Orange ne cesse de vanter l’interdépendance des différents médias pour surfer sur le web en toutes circonstances. On fait même écrire le PDG dans le "numériques" signé de son nom que désormais, on établira un parcours salarié comme on dresse un parcours client dans lequel rien ne doit échapper à la surveillance de l’opérateur.

Dans la foulée des propos du DRH, Stéphane Richard évoque l’idée que les syndicats devront abandonner toute revendication contre la flexibilité pour ne se préoccuper que de la séparation vie privée-vie professionnelle ... Décidément, la digitalisation dont on est en droit de se méfier pour ses conséquences en matière de surveillance des salarié-es est parfois restée dans l’oeil de certaines directions.

Un Webmail professionnel qui ne répond plus depuis l’été jusqu’en septembre alors qu’ il permet à de nombreux salarié-es, des TPS et autres éloigné-es des services de continuer à traiter leur courriel professionnel, démontre la panne de digitalisation.
Les nouvelles offres salarié-es qui écartent open et tout le quadruple play laissent enfin penser que la digitalisation, c’est bon quand ca profite au patron...


Voir le tract SUD


Calculer le travail, c’est trop dur !

La direction semblait soucieuse d’étouffer les incendies en recevant le 9 juillet toutes les fédérations syndicales. Quelques annonces dans un relevé de décisions auraient dû calmer les ardeurs revendicatives (déjà modestes) des syndicats les plus conciliants... même si tous avaient revendiqué 5000 recrutements pour la seule année 2014. Ce sera 5200, mais en 3 ans.

Pour y parvenir, les manipulations des chiffres de l’activité réelle sont constantes. Nous avons soigneusement démontré les failles des indicateurs officiels.

La direction devait annoncer une rencontre en septembre pour déterminer la méthodologie d’un indicateur de la charge de travail réelle de chacun-e d’entre nous. Ce rendez-vous semble avoir été "oublié" dans les tuyaux du relevé de décisions...
Nous avons rappelé Stéphane Richard à ses engagements.


Voir le courrier de SUD


Elections à Numéricable

Les prochaines élections professionnelles auront lieu en novembre 2014 chez Numéricable. Cette élection a lieu dans un contexte très particulier puisque Altice, la maison mère de Numéricable a conclu un accord de fusion avec Vivendi le 20 juin dernier pour acquérir SFR.

Même si l’autorité de la concurrence n’a pas encore donné son approbation, on peut penser que l’affaire est bouclée. Numéricable vient d’ailleurs de signer un accord commercial avec SFR pour bénéficier de son réseau national ADSL.

SUD a participé à la négociation du protocole électoral et vous invite à nous rejoindre pour la défense des intérêts de tous les salarié-es.


Voir le tract SUD


Coup de gueule au Free Center de Paris

Le samedi 23 août, les salarié-es de cette boutique ont débrayé massivement de 15 h à 20 h pour protester contre leurs conditions de travail déplorables. L’originalité de cette action est que les salarié-es ont diffusé un tract aux client-es pour faire le lien entre temps d’attente exaspérant pour les client-es et conditions de travail pour les salarié-es.
Le débat a pu ainsi s’engager entre grévistes et client-es qui ont bien compris les causes du débrayage.

Reste à voir si la direction du Free Center a compris, elle aussi, que la satisfaction des client-es est aussi étroitement liée à la satisfaction des revendications du personnel…


Voir le tract SUD


Université des mouvements sociaux d’ATTAC : Un véritable succès !

Cette université s’est tenue à Montreuil, du mardi 19 août 2014 au samedi 23. Plus de 2000 participant-es venu-es de 44 pays avec une forte représentation allemande et autrichienne. On a noté un net rajeunissement avec des membres de comités locaux français venus en masse.

Un programme très complet était réparti parmi 150 ateliers et séminaires, et 9 grands forums débats.

Les thématiques ont essentiellement tourné autour des mobilisations contre le projet d’accord transatlantique (Tafta) et les politiques d’austérité dans l’Union européenne, ainsi que les luttes et alternatives face au changement climatique. Mais aussi les conflits en Ukraine, en Palestine, en Irak et en Afrique…

Comme d’habitude, Solidaires était présent et actif sur cette université (avec un magnifique stand), idem pour la FSU… CGT quasi absente, à l’exception de quelques ateliers.

Ce fût l’occasion de rappeler et préparer les mobilisations à venir, notamment le prochain Forum Social Mondial qui se tiendra à Tunis en mars 2015, et la Conférence des Nations unies qui aura lieu en décembre 2015 à Paris-Le Bourget.


Voir le programme


Et les photos


Une égalité presque réelle

La loi (loi n° 2014-873) pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes a été promulguée le 4 août 2014. Cette loi-cadre a la particularité de s’attaquer de manière transversale à tous ou presque les domaines.
Elle promet l’installation de l’égalité de manière réelle.

En même temps plusieurs signaux comme l’abandon des ABCD de l’égalité, la contre forme des retraites et les restrictions budgétaires risquent de mettre à mal cette réalité...

Celle loi sera-t-elle une nouvelle promesse non tenue ? qui plus est dans un ministère déjà fort occupé par les affaires sociales et la santé ?


Voir les mesures essentielles de la loi


Voir le texte de la loi


Nos droits : Inégalité de traitement et de salaire.

Le principe " à travail égal, salaire égal " implique, si rien ne distingue objectivement deux salarié-es, même travail, même ancienneté, même formation, même qualification, qu’ils doivent percevoir le même salaire.
Lorsque le calcul de la rémunération dépend d’éléments détenus par l’employeur, celui ci est tenu de les produire en vue d’une discussion contradictoire.
La Cour de Cassation a ainsi fait droit à la demande de deux salariés qui affirmaient que leurs collègues placés dans une situation identique percevaient une rémunération plus importante que la leur et étaient classés dans une catégorie supérieure par l’employeur. La Cour de cassation souligne que la charge de la preuve incombe à l’employeur. ( Cass. Soc. 4 juin 2014 pourvois 13-13672 et 13-14355).


La fédération Sud PTT est membre de JPEG 25/27, rue des Envierges 75020 Paris - Tel : 01 44 62 12 00 - sudptt@sudptt.fr - www.sudptt.org
Vous recevez cette lettre d’information parce que vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion. Envoyez un courriel pour vous désinscrire ou recevoir cette newsletter.

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois