NEWS du 13 Mars 2014

jeudi 13 mars 2014
par  paslaniici
popularité : 57%


Jeudi 13 mars 2014, numéro 151
Si cet email ne s’affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page

  • Editorial : Un Mariage et combien d’enterrements !
  • Le 18 mars, le personnel d’Orange en grève
  • Des résultats dans l’ORANGE
  • Pour l’égalité professionnelle à Orange
  • Call Expert : quel avenir ?
  • Hot Tension dans les centres d’appels !
  • Pacte de responsabilité : Encore le coup du coût !
  • Nos Droits : Et voilà le travail n°24

L’humeur du jour

Votre mobile

En complément du site web fédéral et d’intranet, la fédération propose des informations plus courtes plus locales, accessibles depuis votre mobile.
Pour plus d’infos et comment télécharger les applications :

SUD sur votre mobile

Inscrire un-e ami-e


Vous pouvez aussi inscrire à cette lettre électronique de SUD un-e ami-e en cliquant ici !

Voir les lettres précédentes


Toutes les lettres sont disponibles sur le site public de SUD en cliquant ici !

Soutien aux inspecteurs du travail

(...)
« Nous, agents de contrôle, revendiquons une augmentation des moyens humains, matériels et législatifs de l’inspection du travail pour un code du travail véritablement protecteur des droits des salariés. Nous revendiquons le maintien d’une inspection du travail généraliste et indépendante, organisée dans des sections territoriales. Dans chaque section, le salarié doit pouvoir à tout moment prendre contact avec l’agent de contrôle du secteur, quelle que soit la question en droit du travail. »
(...)
« Nous réclamons plus largement le maintien de services de renseignement au plus proche des salariés et que cesse la casse des missions de nos services Emploi et Formation professionnelle engagée par la nouvelle étape de décentralisation. »
(...)

La fédération SUD PTT vous invite à signer et à faire signer la pétition « POUR UNE INSPECTION DU TRAVAIL AU SERVICE DES SALARIE-ES ! ».


Signez la pétition ici


Stop à la hausse de la TVA

Pétition citoyenne

A l’initiative de Solidaires, Attac, Fondation Copernic, UFAL, Economistes atterrés, Femmes Egalité, Les Effronté-e-s, MNCP, Mpep, Front de Gauche (PG, PCF, Ensemble, PCOF, GU, R&S), Résistance Sociale, DAL, APEIS.
Un collectif unitaire existe pour une campagne « stop TVA », contre la hausse de la TVA appliquée à partir du 1er janvier 2014, pour financer en partie les cadeaux fiscaux faits au patronat :
- Parce que la TVA est l’impôt le plus injuste ;
- Parce que la hausse prévue en janvier servira à financer les cadeaux fiscaux au patronat ;
- Parce qu’elle amputera le pouvoir d’achat des familles qui n’y arrivent déjà plus ;

Nous exigeons l’annulation de la hausse de la TVA du 1er janvier !

Pour une fiscalité plus juste, plus redistributive qui taxe le capital et les transactions financières.


Allez sur le site de la campagne



Editorial : Un Mariage et combien d’enterrements !

Bouygues Telecom qui rachète SFR… et Free qui rachète le réseau de Bouygues. La planète télécoms marche-t-elle sur la tête ? En tout cas, elle est en ébullition depuis que Vivendi a décidé de se défaire de SFR pour mieux se concentrer sur les médias. Après le câblo-opérateur Numericable, le petit Bouygues s’était mis mercredi sur les rangs pour ravir l’opérateur en vente. Alors que Free annonce des résultats fracassants dans le mobile, et 12% de parts de marché en deux ans selon les estimations, l’accord, annoncé hier, concernant la vente du réseau de Bouygues Telecom, a été bouclé en trois jours entre les deux soi-disant ennemis d’hier !
Il y a bien dans ce jeu quelques arbitres. D’abord l’Autorité de la concurrence. Bruno Lasserre, son président tout juste reconduit, peut sortir son sifflet. Un mariage entre SFR et Bouygues Telecom ferait émerger un acteur surpuissant. Il coifferait Orange en nombre d’abonnés. Additionné avec ce dernier, le nouvel ensemble capterait 90% du chiffre d’affaires du secteur. Un petit goût de retour à la case 2006, quand le trio Bouygues-Orange-SFR avait écopé de 534 millions d’euros d’amendes.

de toutes façons ce sont les salarié-es qui vont trinquer !


Télécharger le communiqué SUD


Le 18 mars, le personnel d’Orange en grève contre l’austérité, pour l’emploi et les salaires

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, La CGT, FO et SUD décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive. Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.
Orange et son personnel sont pleinement concernés par ces questions.
Les organisations signataires exigent le recrutement de 5000 CDI dès 2014, le remplacement de tous les départs en nombre, les années suivantes, en adaptant ces recrutements aux évolutions de nos métiers . Elles exigent l’amélioration de l’organisation et des conditions de travail.
Sur les salaires, l’inflation théorique ne correspond pas à ce que vivent les salariés au quotidien, ils attendent légitimement une augmentation de leur pouvoir d’achat et la reconnaissance de leur travail notamment par des promotions. Leurs salaires et traitements doivent être revalorisés d’urgence.
Les organisations syndicales CGT, FO et SUD appellent l’ensemble du personnel du Groupe Orange à se mobiliser massivement le 18 mars, par la grève et la participation aux actions interprofessionnelles de manifestations et rassemblements.


Télécharger l’appel commun CGT, FO, SUD


Télécharger le préavis de grève SUD du 18 mars


Des résultats dans l’ORANGE

Le Conseil d’administration du 5 mars a analysé les comptes 2013 du groupe Orange et les perspectives pour 2014 :
L’objectif de cash est tenu : 7 milliards, malgré une baisse significative du chiffre d’affaires de – 4,5%, qui touche tous les grands opérateurs européens, du fait de la concurrence et des mesures de régulation.
Mais à quel prix ? Celui de la baisse des coûts (934 millions €), tous azimuts. La première variable d’ajustement l’emploi avec – 4000 emplois
principalement en France et en Pologne, les contrats des sous-traitants renégociés à la baisse, les réorganisations pour palier aux manques d’effectifs, les coûts commerciaux, les frais généraux….
De l’argent, il y en a... Pourtant, pour un résultat net pour 2013 de
1873 millions d’euros, le groupe aura versé 2100 millions d’euros aux actionnaires (80 cents par action). SUD proposait 700 millions d’euros de plus pour l’investissement, 700 millions d’euros pour l’emploi et 700 millions d’euros pour les salaires.
Il est urgent de répondre aux organisations syndicales... qui réclament le recrutement de 5000 jeunes dès 2014


Télécharger le communiqué de presse SUD


Pour l’égalité professionnelle à Orange

Les accords égalité professionnelle de France Télécom SA de 2007 et 2011 ont permis des avancées importantes pour l’égalité entre les femmes et les hommes.
SUD a pesé pour que ce soit le cas. Ce n’est pas pour rien que ces accords font référence dans le domaine et que l’image d’Orange, en tant qu’employeur agissant sur l’égalité professionnelle, est très bonne.
Il n’en demeure pas moins que tout n’est pas réglé et le compte n’y est toujours pas pour les femmes dans le Groupe.

SUD s’emploiera à gagner de nouveaux droits dans la négociation du nouvel accord d’Orange.


Télécharger le tract SUD


Call Expert : quel avenir ?

Après le démantèlement du Groupe Call Expert faisant suite aux malversations et à la mauvaise gestion de son PDG, les salarié-es continuent de voir leur avenir s’assombrir.
En attendant, partageant cette colère unanime des salarié-es et des futurs licenciés économiques, le syndicat Sud appelle les pouvoirs publics à faire pression sur les donneurs d’ordre afin que l’emploi soit pérennisé et que, dans le pire des cas, le montant des indemnités supra-légales de licenciement soit aussi conséquent que tout l’argent public qui a été distribué à ce patron, et ce, sans aucun contrôle.
La colère des salarié-es ne s’arrête pas là !


Télécharger l’analyse SUD


Hot Tension dans les centres d’appels !

Une étude récente de la Drees assistée par l’institut BVA estimait qu’il fallait 1490€ (net) pour être heureux... Bien entendu ce montant évolue en fonction des revenus de la personne interrogée. Dans les centres d’appels nous en sommes loin puisque la règle quasi-général est le smic comme salaire de base.
La vraie question à présent est de savoir comment faire pour arriver au 1490 € de cette étude. Il y a bien entendu la promotion mais vu la pyramide des emplois cela risque d’être difficile pour bon nombre de travailleurs en centres d’appels. Changer de travail pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs ?
Vu le chômage actuel cela risque d’être un sacré pari..!
Reste à notre avis la méthode la plus simple : le partage des bénéfices de nos entreprises !


Télécharger le Hot Tension


Pacte de responsabilité : Encore le coup du coût !

Le relevé de conclusions qui clôt les négociations menées entre le MEDEF, la CGPME, l’UPA, la CGT, FO, la CFDT, la CFTC et la CGC n’est pas seulement inutile en termes de lutte contre le chômage ; il valide l’analyse patronale de la situation économique qui consiste à renvoyer sur les travailleurs et les travailleuses la responsabilité de « la crise » ; il entérine les milliards d’euros offerts au patronat pour enrichir les actionnaires ; il annonce des mesures restreignant les droits des représentant-es des salarié-es et des syndicats.
A travers ce document commun, le patronat fait avaliser par CFDT, CFTC et CGC sa théorie selon laquelle, d’une part le problème économique et sociale est celui de la « compétitivité » des entreprises, et d’autre part, l’amélioration de celle-ci passe par la baisse des cotisations sociales dites patronales et une « simplification administrative » (en langage patronal, cela signifie plus de facilités pour licencier, précariser, modifier les contrats de travail, etc.).
Bref, c’est encore une fois « le coût du travail » qui est accusé.


Télécharger le 4 pages Solidaires


Nos droits : bulletin des conditions de travail et de la santé au travail pour les équipes syndicales

Au sommaire :

  • face aux nouvelles organisations du travail, quelles actions pour les équipes syndicales.
  • Harcèlement moral : ce n’est pas au salarié d’apporter la preuve du lien entre sa maladie et le harcèlement qu’il subit.
  • Pression et souffrance à l’INRA : l’organisation du travail en cause !
  • beaucoup de difficultés pour faire reconnaître en maladie professionnelle


Télécharger "Et voilà le travail n°24"


La fédération Sud PTT est membre de JPEG 25/27, rue des Envierges 75020 Paris - Tel : 01 44 62 12 00 - sudptt@sudptt.fr - www.sudptt.org
Vous recevez cette lettre d’information parce que vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion. Envoyez un courriel pour vous désinscrire ou recevoir cette newsletter.

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois