NEWS du 20 Février 2014

jeudi 20 février 2014
par  paslaniici
popularité : 24%


Jeudi 20 février 2014, numéro 148
Si cet email ne s’affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page

  • Editorial : « The Claude, What is it ? »
  • Réforme de la catégorie C à Orange ?
  • La PVC, c’est pas vraiment un bon tuyau !
  • Dailymotion cherche un mécène américain
  • La consolidation française finira en surprise party ?
  • HSBC trouve l’investissement plus efficace que la concurrence
  • Il y a toujours une application mobile pour faire du fric...
  • Une mobilisation interprofessionnelle le 18 mars ?
  • Travail du dimanche, une claque pour le gouvernement !
  • Le 8 mars, journée mondiale de mobilisation des femmes
  • Nos droits : Les frais de transport individuels

Votre mobile

En complément du site web fédéral et d’intranet, la fédération propose des informations plus courtes plus locales, accessibles depuis votre mobile.
Pour plus d’infos et comment télécharger les applications :

SUD sur votre mobile

Inscrire un-e ami-e


Vous pouvez aussi inscrire à cette lettre électronique de SUD un-e ami-e en cliquant ici !

Voir les lettres précédentes


Toutes les lettres sont disponibles sur le site public de SUD en cliquant ici !

Soutien aux inspecteurs du travail

(...)
« Nous, agents de contrôle, revendiquons une augmentation des moyens humains, matériels et législatifs de l’inspection du travail pour un code du travail véritablement protecteur des droits des salariés. Nous revendiquons le maintien d’une inspection du travail généraliste et indépendante, organisée dans des sections territoriales. Dans chaque section, le salarié doit pouvoir à tout moment prendre contact avec l’agent de contrôle du secteur, quelle que soit la question en droit du travail. »
(...)
« Nous réclamons plus largement le maintien de services de renseignement au plus proche des salariés et que cesse la casse des missions de nos services Emploi et Formation professionnelle engagée par la nouvelle étape de décentralisation. »
(...)

La fédération SUD PTT vous invite à signer et à faire signer la pétition « POUR UNE INSPECTION DU TRAVAIL AU SERVICE DES SALARIE-ES ! ».


Signez la pétition ici


Stop à la hausse de la TVA

Pétition citoyenne

A l’initiative de Solidaires, Attac, Fondation Copernic, UFAL, Economistes atterrés, Femmes Egalité, Les Effronté-e-s, MNCP, Mpep, Front de Gauche (PG, PCF, Ensemble, PCOF, GU, R&S), Résistance Sociale, DAL, APEIS.
Un collectif unitaire existe pour une campagne « stop TVA », contre la hausse de la TVA appliquée à partir du 1er janvier 2014, pour financer en partie les cadeaux fiscaux faits au patronat :
- Parce que la TVA est l’impôt le plus injuste ;
- Parce que la hausse prévue en janvier servira à financer les cadeaux fiscaux au patronat ;
- Parce qu’elle amputera le pouvoir d’achat des familles qui n’y arrivent déjà plus ;

Nous exigeons l’annulation de la hausse de la TVA du 1er janvier !

Pour une fiscalité plus juste, plus redistributive qui taxe le capital et les transactions financières.


Allez sur le site de la campagne



Editorial : « The Claude, What is it ? »

Les correcteurs français d’orthographe viennent à peine de se mettre à jour : ils ne remplaceront plus cloud par Claude, ce qui pouvait prêter à confusion. Mais en ce qui concerne le french cloud, sa fermentation sent plutôt le Camembert en ce moment !
Pourtant, les récents scandales de l’espionnage des communications internet par les services américains de la NSA ont sans doute fait réfléchir les gouvernements et le contrôle des infrastructures du Net est devenu un enjeu stratégique. On pouvait donc s’attendre à ce que l’Etat s’investisse dans des projets souverains pour faire vite déboucher des tuyaux bleus-blancs-rouges et des clouds hexagonaux, débarrassé des intérêts privés, des querelles intestines des opérateurs et des poids lourds de l’informatique.
Juste avant les élections présidentielles de mai 2012, deux projets de french cloud co-financés par l’Etat et issus du projet Andromède, ont été lancé pour concurrencer les clouds américains : le projet Cloudwatt (Orange-Thales) et le projet Numergy (SFR-Bull). CapGemini et Dassault Systèmes avaient déjà décidé de se retirer des opérations en cours au milieu des premières turbulences.
Presque deux ans après, le projet Cloudwatt semble en grande difficulté et le ministère de l’économie aurait demandé un audit pour vérifier que l’argent public est bien utilisé. A la différence de son rival Numergy qui a développé initialement sa plate-forme avec les outils de Hewlett-Packlard, Cloudwatt a misé sur les outils logiciels opensource d’OpenStack. Des choix techniques qui seraient responsables de retards dans la mise en oeuvre d’une véritable offre de cloud (stockage, hébergement applicatif, big data...).
Pas vraiment sûr, car Orange Business Service (OBS) est aussi pointée du doigt dans les difficultés de Cloudwatt, accusée de faire cavalier seul avec son offre de Cloud Orange.
Au final, on pourra bientôt dire « The Claude, What else ? »


Réforme de la catégorie C à Orange ?

Le gouvernement, fin 2013, a pris la décision de refondre les grilles indiciaires des fonctionnaires de la catégorie C, une catégorie aux bas salaires.
La Fédération SUD est intervenue à plusieurs reprises au Conseil Paritaire d’Orange, pour demander à la direction de mettre en œuvre cette nouvelle réforme Fonction Publique pour les fonctionnaires concerné-es dans l’entreprise. Jusqu’alors, la direction nous répondait qu’il était urgent ... d’attendre la parution des décrets.
Et puis elle a enfin décidé de nous répondre en annonçant une étude sur les conséquences des décrets du 29 janvier 2014 sur les catégories concernées, reclassifiées ou reclassées. Les projets d’aménagement des grilles pourraient être présentés aux organisations syndicales avant l’été.
On compte bien sur une bonne nouvelle dans ces temps de disette sociale !


Télécharger le courrier de la direction


La PVC, c’est pas vraiment un bon tuyau !

Orange en a fini avec la « Part Variable Vendeurs » (PVV) sur le marché grand public, désormais il faudra parler de la « Part Variable Commerciale » (PVC). Cette évolution sémantique aurait-elle à voir avec le bricolage du dimanche ?
En tout cas, la nouvelle part variable des salaires arrive le 1er avril dans les agences et les centres clients après un mois de test, et le 1er juillet dans les boutiques. Plus de deux ans de travail, 16 millions d’euros dans le système d’information dédié et des milliers d’heures de réunion, de formation...L’entreprise a mis le paquet, c’est dire l’enjeu pour elle : faire vendre et manager selon ses priorités absolues, qui pourront changer souvent !
La pression liée aux objectifs financiers se cumule aux pressions des métiers de la vente (horaires élargis et flexibles, congés sous condition, conditions de travail stressantes...). Et on a nettement le sentiment qu’Orange veut faire payer au prix fort la PVC à ses salarié-es !
Ce qui serait un comble pour un produit difficilement recyclable !


Télécharger la fiche technique de SUD


Télécharger le tract fédéral


Dailymotion cherche un mécène américain

On se rappelle le blocage du gouvernement lorsque Dailymotion, le « Youtube français », « premier site européen avec 112 millions de visiteurs uniques par mois », ouvrait des négociations avec la société américaine Yahoo. Pour une fois qu’une société française faisait une percée remarquée dans le monde du net, il était inconcevable pour le remuant Arnaud Montebourg de laisser filer cette perle, et les pressions ont fait céder Orange, l’actionnaire à 100% de Dailymotion.
Le gouvernement voulait créer une alternative à la fuite outre-atlantique, en créant autour de Dailymotion un « pôle numérique français » avec d’autres partenaires. Ce projet n’a visiblement pas abouti, et il semble que le gouvernement se soit rangé aux avis de l’opérateur : « il faut à Dailymotion un partenaire qui puisse lui ouvrir les portes du marché américain, qui est incontournable et recèle le plus important potentiel de développement ».
Aujourd’hui, Dailymotion regarde à nouveau du côté de l’Oncle Sam : « Il y a une belle probabilité que nous arrivions à un accord avec un partenaire sur le marché américain dans les prochaines semaines. » déclarait récemment Stéphane Richard, le Pdg d’Orange. Le nom de Microsoft, est sur toutes les lèvres, ce qui pourrait développer Dailymotion comme la plateforme vidéo par défaut sur le moteur de recherche Bing et sur l’OS Windows Phone du géant américain.
Seule différence avec Yahoo, l’accord avec Microsoft ne lui permettrait pas de croquer à terme Dailymotion.
Vu la fringale de Microsoft qui vient de dévorer Nokia, faudra avoir confiance...


La consolidation française finira en surprise party ?

« Homme séduisant, 24 ans, fils de milliardaire, cherche amie pour partager vacances aux Antilles. » Au moment du développement des sites de rencontre sur Internet, le landerneau des télécoms françaises ressemblera-t-il bientôt à un lupanar ? A croire les analystes patenté-es, il n’y a plus une journée sans l’annonce d’un mariage, d’un rapprochement, de fiançailles, de concubinage ou de simples rencontres d’un soir.
Alors les paris sont ouverts, mais Bouygues est de plus en plus décrit comme celui qui devra se résoudre à vendre sa filiale des télécoms, pour un mariage avec Free ou SFR. De son côté, le cablo-opérateur Numericable (détenu à 40% par la société Altice) n’en finit pas de faire des propositions d’union à SFR... en mettant en avant la baisse des coûts d’infrastructure... Evidemment,ce que deviennent les salarié-es n’est pas prioritaire dans l’histoire !
A la place d’Orange, on pourrait faire la gueule, car il n’y a aucune perspective d’alliance : Orange, ça sent encore le pâté ? Par contre, au final, Xavier Niels, le Pdg et actionnaire principal de Free est sûr de faire bientôt la culbute : après avoir mis à la diète les opérateurs, c’est le prix de Free qui est monté au zénith !
Du coté des régulateur-trices de l’Arcep ou des politiques du gouvernement, les feux sont au vert pour faire au moins une fusion.
Faudrait quand même se méfier, on sait jamais quel prédateur pervers se cache derrière le rideau d’Internet !


HSBC trouve l’investissement plus efficace que la concurrence

Ces suisse-sses sont vraiment très fort-es ! Alors que les télécoms du vieux continent européen sont encore piégées dans le dogme de la concurrence effrénée pour faire baisser les prix, la banque helvétique HSBC publie une étude qui démontre, au contraire, que c’est l’investissement qui est vertueux pour créer du service et développer la consommation. Et la concurrence des opérateurs les empêche d’investir et d’innover...
Mieux, la banque revendique « l’utilité d’une politique industrielle mieux articulée pour le secteur, quelque chose qui manque beaucoup aujourd’hui ».
Pourtant, le passage de 4 à 3 opérateurs en Autriche et l’augmentation des prix forfaitaires qui s’en était suivie, avait été beaucoup mis en avant par les partisans du dogme de la concurrence. Mais les analystes d’HSBC relativisent l’augmentation des prix avec l’augmentation des usages et l’enrichissement des offres des opérateurs.
En bref, si la qualité et les usages sont au rendez-vous, les utilisateur-trices seraient prêt-es à payer 19,90 euros au lieu des offres low-cost à 9,90 euros. Mouais... faut dire que la moyenne européenne est quand même à 38 euros !
Les banquiers suisses le confirment, moins d’opérateurs, plus de business... c’est louche !


Il y a toujours une application mobile pour faire du fric...

Selon le journal Les Echos, le secteur des applications mobiles représenterait un marché de 63 milliards d’euros en Europe d’ici 2018. Ces applications, dédiées à l’univers des smartphones Apple, Androïd ou Windows Phone, sont créées par des développeur-euses indépendant-es, pour des usages connectés en pleine effervescence.
D’après une étude du groupe Gigaom Research, il y a aujourd’hui 1,8 millions de personnes (un million de développeurs et 800.000 personnes à des postes commerciaux et de support) qui travaillent actuellement dans ce domaine en Europe et probablement 4,8 millions en 2018...
L’Europe serait même en pointe pour ces applications, même si la commissaire européenne aux nouvelles technologies, Neelie Kroes, déplore le manque de personnel qualifié et la faible attractivité des salaires européens... Par ailleurs, le développement de ces applications se heurte aux barrières existantes entre les mondes d’Apple, Google, Facebook, Microsoft...
Mais pour causer ensemble, le meilleur des mondes de l’informatique communicante a-t-il une application ?


Une mobilisation interprofessionnelle le 18 mars ?

Si les sondages barométriques sont au plus bas pour le gouvernement, les mobilisations sociales restent elles aussi noyées dans les inondations. La désunion syndicale semble consommée au plus haut niveau, au fil de la politique sociale du gouvernement qui s’appuie sur des signatures syndicales minoritaires pour asseoir des lois de libéralisation du Code du Travail.
L’union Solidaires et la confédération CGT se sont rencontrées début février, pour constater leur communauté de vue sur la situation sociale et sur la nécessité d’organiser une riposte nationale et se déclarent « disponibles pour approfondir leurs échanges ensemble et/ou dans un cadre unitaire plus large sur des sujets tels que les élections prud’homales, l’égalité femmes/hommes, l’emploi, les droits et garanties collectives, les enjeux de transition écologique, les politiques publiques » (voir le communiqué unitaire).
L’union Solidaires veut aller plus loin : « dans une période où les forces réactionnaires sont à l’offensive (...), le syndicalisme doit organiser, localement et nationalement, l’action collective des salarié-es, des chômeurs-ses, des retraité-es, des jeunes en formation. »
La proposition d’une journée unitaire de grève et de manifestations pour le 18 mars est lancée.
Pour quitter l’hiver social gouvernemental, on prend l’objectif Mars ?


Télécharger le communiqué unitaire


Télécharger le tract de l’union Solidaires


Travail du dimanche, une claque pour le gouvernement !

Le 12 février dernier et avec 48 heures d’avance sur le délibéré, le Conseil d’Etat a suspendu le décret autorisant le travail dominical dans le bricolage.
Les syndicats CGT, FO, SUD et UNSA, à l’origine de la saisine, voient leur refus ferme de la généralisation du travail dominical conforté. Ce jugement est aussi un premier point marqué contre le rapport Bailly dont le décret est issu : depuis le début de l’année, l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche est autorisée jusqu’au 1er juillet 2015, en attendant une nouvelle loi.
Le Conseil d’Etat retoque le décret sur deux point, premièrement parce qu’une telle dérogation « doit normalement avoir un caractère permanent », et deuxièmement parce que l’ouverture du dimanche est contraire au « principe d’un repos hebdomadaire » qui est « l’une des garanties du droit constitutionnel au repos reconnu aux salariés et que ce droit s’exerce en principe le dimanche ».
Le gouvernement a immédiatement indiqué qu’il préparait un nouveau texte « dans les plus brefs délais ».
Pour défendre les intérêts des salarié-es, ils bossent même le dimanche...


Télécharger le communiqué de l’union Solidaires


Le 8 mars, journée mondiale de mobilisation des femmes

L’union Solidaires, la FSU, l’UNEF, ATTAC, la Marche mondiale des femmes et le Planning Familial Ile de France ont lancé cette année un Appel pour un 8 mars féministe et syndical.
« Les luttes des femmes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais aujourd’hui cette égalité est loin d’être effective dans une société qui reste encore dominée par le système patriarcal. Certains droits se trouvent même remis en cause, notamment du fait des politiques d’austérité. La montée de l’extrême-droite et des extrémismes religieux constitue un danger supplémentaire de régression pour les femmes. »
C’est vrai que l’actualité peut légitimement nous inquiéter avec des menaces de plus en plus pressantes pour remettre en cause ce qui nous semblait encore hier une évidence : le droit des femmes à l’égalité au travail, à l’indépendance, à la maîtrise de leur corps (avortement, contraception...), etc.
Pour défendre la liberté de tous-tes, faudrait pas faire son genre !


Télécharger l’Appel du 8 mars


Nos droits : Les frais de transport individuels

Les employeurs peuvent prendre en charge les frais de carburant ou d’alimentation de véhicules électriques pour les salarié-es contraint-es d’utiliser leur véhicule personnel pour le trajet « domicile / lieu de travail ». Dans ce cas, contrairement aux abonnements de transports collectifs, il n’y a pas d’obligation légale, mais des exonérations sociales et fiscales sont prévues pour inciter les employeurs à instaurer une telle prise en charge.
Vous trouverez en lien la fiche n°31 sur « La prise en charge des frais de transports individuels par l’employeur en 5 questions » rédigée par l’union syndicale Solidaires.
A force de payer le gas-oil, est-il encore rentable d’aller au boulot ?


Télécharger la fiche n°31


La fédération Sud PTT est membre de JPEG 25/27, rue des Envierges 75020 Paris - Tel : 01 44 62 12 00 - sudptt@sudptt.fr - www.sudptt.org
Vous recevez cette lettre d’information parce que vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion. Envoyez un courriel pour vous désinscrire ou recevoir cette newsletter.

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois