Newsletter du 18 juin 2015

jeudi 18 juin 2015
par  paslaniici
popularité : 44%



Jeudi 18 juin 2015 - Numéro 213 -
Si cet email ne s’affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page

  • Edito : 49-3 fois non !
  • Le Roitelet de la DO Réunion Mayotte nous fait son caprice !
  • Richard plutôt vif que mort
  • La FFT n’a plus l’sou !
  • Sofrecom : la logique n’est pas de mise !
  • 796 vaches ...et 9 paysan-nes syndicalistes
  • Le 20 juin, ensemble contre l’austérité et l’injustice sociale

Votre mobile

En complément du site web fédéral et d’intranet, la fédération propose des informations plus courtes plus locales, accessibles depuis votre mobile.
Pour plus d’infos et comment télécharger les applications :

SUD sur votre mobile

Inscrire un-e ami-e


Vous pouvez aussi inscrire à cette lettre électronique de SUD un-e ami-e en cliquant ici !

Voir les lettres précédentes


Toutes les lettres sont disponibles sur le site public de SUD en cliquant ici !



Edito : 49-3 fois non !

Une fois de plus le gouvernement a choisi d’imposer à coup de 49-3 une loi Macron "pour la croissance" supposée répondre à la montée du chômage.

Le Medef n’a pas attendu le discours du 1er ministre pour "procrastiner" à jamais ses promesses, la main sur le portefeuille, pour créer de nouveaux emplois en échange des cadeaux faits par le gouvernement. Ces embauches ne sont jamais venues. Ce n’est pas mettre les pauvres dans des autocars, limiter le rôle des prud’hommes et plafonner les indemnités pour licenciements injustifiés ... ou encore assouplir en assouplissant les normes environnementales qui nous feront vivre mieux demain.

Décidément, les Macron, Valls et Hollande n’ont qu’une préoccupation, celle de satisfaire les revendications du patronat.

Pour Sud, c’est l’intérêt général qui doit prévaloir. Il nous appartient de remettre en avant les intérêts des salarié-es et coordonner toutes les initiatives pour les faire entendre. Cela vaut également pour la survie de la planète. Les exercices de communication autour de la COP 21 de décembre 2015 sont pitoyables au regard des projets du gouvernement et ses dernières annonces de démantèlement du réseau ferroviaire. Pour Sud, pas question d’aller fracasser nos espérances sociales ou citoyennes contre le mur de l’argent.


Le Roitelet de la DO Réunion Mayotte nous fait son caprice !

Le 2 juillet 2014, la fédération SUD interpellait par courrier le PDG sur l’absence de mesures salariales pour compenser la vie chère à Mayotte, alors que des mesures étaient mises en place pour les salarié-es de la Réunion.

Après plusieurs mois de négociations, un accord a été trouvé : 120 euros bruts par mois avec une clause de revoyure, un effet rétroactif en 2012 et une embauche externe.
Parallèlement, les salarié-es de la filiale Orange Réunion ont eu la mauvaise surprise de constater que leur intéressement était moitié moindre que celui versé dans la maison-mère, malgré de très bons résultats .

Mais au retour du directeur, après quelques semaines de congés. il a annoncé une remise en cause de tous les engagements. Il a annoncé une remise en cause de tous les engagements et a ajouté qu’il n’avait pas de compte à rendre au national, qu’il n’avait pas de budget pour la vie chère à Mayotte, qu’il lui faudrait licencier 8 salarié-es pour assumer les propositions de la DRH Groupe.

Il demandait même de lui donner les noms des salarié-es à licencier !

Bref, il est le monarque absolu du Groupe Orange dans l’Océan Indien…
La suite encore plus croustillante


Le tract Sud


Richard plutôt vif que mort

Décidément, les campagnes pour une paix juste et durable entre palestinien-nes et israëlien-nes font des vagues.

Sud et Solidaires participent à ces initiatives et l’annonce du PDG d’Orange depuis Le Caire allaient dans le sens du respect des peuples du droit international.

Sud ne partage pas avec Stéphane Richard les mêmes ambitions pour l’entreprise mais s’indigne de la violence des activistes sionistes, aujourd’hui soupçonnés d’être les initiateurs des menaces de mort qui lui sont adressées.


La FFT n’a plus l’sou !

Depuis le début 2015, la Fédération Française des Télécoms (FFT) n’est plus membre du lobby des patrons, le Medef. « Nous n’avons aucun désaccord de fond avec le Medef (...) mais un problème économique, et ne pouvons plus verser notre cotisation », explique son directeur général.

Le budget du lobby des Télécoms a fondu de moitié à 1,6 million d’euros contre 3,25 millions d’euros en 2013. Les hésitations de SFR-Numericable, qui a quitté la FFT, puis a annoncé y revenir, ont déséquilibré ses comptes.

Sud espère que cela ne va pas mettre en péril le Medef ​aussi. Les pauvres ! On réfléchit à lancer une souscription pour leur venir en aide.


Sofrecom : la logique n’est pas de mise !

A Sofrecom le constat actuel c’est rien d’un côté, pas grand’chose de l’autre…

Des réductions d’effectifs, une direction incapable d’enrayer des résultats en chute libre (CA divisé par 2 en 3 ans), des prévisions 2015 en recul, la dissolution de la filiale polonaise avec 70 licenciements à la clef, un groupe qui recapitalise régulièrement et qui, pour combler l’absence de recrutements, fait appel aux concurrents. Enfin des conditions de travail insupportables : espaces surpeuplés, tâches infructueuses, manque de reconnaissance…

Peut-on faire pire ? Absolument : une augmentation 2015 à…zéro ! Un projet de réduction des jours RTT et de congés et la révision à la baisse des modalités de forfaits jours.

Les salarié-es ont refusé ce projet, et se mobilisent pour exprimer clairement au président Marc Rennard leur ras-le-bol de cette stratégie de démolition.


Le tract Sud


796 vaches ...et 9 paysan-nes syndicalistes

Elles devaient être 1750, les vaches à l’origine du projet de la ferme des "mille vaches" déposé en février 2011. Contre l’industrialisation croissante de l’agriculture, pour la préservation de l’environnement, de l’emploi, d’une alimentation de qualité, les populations locales et les paysan-nes de la confédération paysanne se sont mobilisé-es, avec des actions de démontage, non violentes, lors du chantier. Les autorités ont été promptes alors pour déclencher des arrestations musclées, de longues gardes à vue, et obtenir des sanctions disproportionnées contre 9 syndicalistes paysans.

Tout le monde a oublié mais l’administration n’avait finalement autorisé "que" 500 vaches en limitant la surface d’épandage. Il aura fallu le témoignage dans "Reporterre" d’une ex salariée et une nouvelle intervention de la confédération paysanne pour que le ministre déclenche une enquête. Finalement, elles sont 796, les vaches...et les sanctions contre les dirigeants de la ferme-usine, c’est quand et c’est combien ?


Le 20 juin, ensemble contre l’austérité et l’injustice sociale

Du 20 au 27 juin se tiendra une grande semaine de mobilisation européenne. Ensemble, à Rome, à Berlin, Londres, Athènes, Madrid, Bruxelles, ou Paris et dans de nombreuses autres villes, pour répondre à l’appel des mouvements grecs « Unis contre l’austérité et l’injustice sociale ».

Le 20 juin, Solidaires participera, et invite les salarié-es, chômeurs-ses et retraité-es à participer, à Paris, aux rassemblements pour exiger que les politiques en France, en Grèce, en Europe changent, et pour refuser le sort réservé aux peuples dans et hors de l’Europe.

Les mouvements grecs défendent leur choix, leur droit de refuser l’austérité. Ils refusent le chantage. Ils continuent d’organiser par eux mêmes la résistance concrète aux politiques d’austérité avec des initiatives auto-organisées et autogérées dans la santé en particulier.
Leur combat est aussi le nôtre !


Le tract Solidaires


Vidéo collectif audit de la dette


Nos droits : Contester le taux d’Indemnisation d’Incapacité Permanente (IPP)

Le taux d’IPP peut-il être contesté par un-e salarié-e victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle ?

• OUI, vous disposez d’un délai de deux mois à compter de la notification de votre taux par lettre recommandée avec accusé de réception,

• Oui, vous devez former un recours devant le Tribunal du Contentieux de l’Incapacité (T.C.I),

Le tribunal ne peut qu’augmenter le taux ou le maintenir. Il ne peut en aucun cas le diminuer.


En savoir plus


La fédération Sud PTT est membre de JPEG 25/27, rue des Envierges 75020 Paris - Tel : 01 44 62 12 00 - sudptt@sudptt.fr - www.sudptt.org
Vous recevez cette lettre d’information parce que vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion. Envoyez un courriel pour vous désinscrire ou recevoir cette newsletter.



Agenda

<<

2017

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois